Les engagements de la CFE-CGC

Pour défendre nos valeurs, la CFE-CGC : 

  • Se bat pour une juste rémunération des efforts et des responsabilités, un partage équitable de la valeur ajoutée et l’arrêt du nivellement par le bas.
  • Défend un modèle social basé sur la répartition des contributions. Mais sans discrimination pour les bénéficiaires.
  • Lutte contre les organisations de travail génératrices de stress et de souffrance.
  • Propose des modèles d’organisation qui font de la qualité de vie au travail un vecteur de performance économique.
  • Travaille à la concrétisation d’un authentique développement durable, porteur de nouvelles filières et de progrès social.
  • Soutient une construction européenne intégrant la question du progrès social comme objectif commun de développement.

L’ORGANISATION SYNDICALE DE L’ENCADREMENT

La CFE-CGC s’est donné pour mission originelle d’incarner le syndicalisme spécifique des techniciens, des agents de maîtrise et des cadres, d’en assurer la représentation et d’être la gardienne de son unité. Elle entend s’adapter en permanence aux changements de la société et de son organisation économique et sociale. À l’heure où le statut de l’encadrement est remis en cause, il nous faut être moteur dans sa redéfinition.

La réflexion interfédérale sur le futur statut de l’encadrement à porter en négociation devra se poursuivre et aboutir à une position politique forte. Porter cette position sera la priorité de l’exécutif confédéral. Il veillera en permanence à intégrer dans ses positions la question du statut de l’encadrement. De même, le service public engage des relations et des contraintes de travail qui sont totalement similaires à celles vécues par les membres de l’encadrement du secteur privé. Sur tous les terrains, la société évolue, et l’être humain en est le paramètre d’ajustement systématique. Public ou privé, sans distinction, l’encadrement doit accompagner les mutations et constater la précarisation de ses conditions de travail et l’affaissement de son pouvoir d’achat. Cette injustice insupportable mobilise les militants de la CFE-CGC. Il est essentiel que les femmes et les hommes qui, chaque jour dans leur vie personnelle et professionnelle, exercent des responsabilités, prennent des initiatives et des risques et s’impliquent pour être des acteurs du changement, disposent d’un espace pour mettre en commun leurs compétences au service de l’organisation et de l’innovation sociale. Cet espace est décrit par le corpus des valeurs que défend la CFE-CGC.

Un syndicalisme de défis

Le progrès s’accélère de manière prodigieuse. Tout bouge, tout change, très vite. En accélérant les mutations industrielles, le progrès scientifique et technologique bouleverse notre civilisation. Face à ce constat, les responsables de la CFE-CGC se sont fixés comme objectif d’impulser un nouvel élan au syndicalisme d’encadrement pour relever les nouveaux défis.

La CFE-CGC développe ses propositions pour :

  • Maintenir le pouvoir d’achat des classes moyennes,
  • Former les salariés,
  • Reconnaitre toutes les compétences et une juste hiérarchie des fonctions et des salaires,
  • Une égalité professionnelle entre les hommes et les femmes,
  • Une retraite proportionnelle au salaire de l’encadrement (AGIRC),
  • Une insertion des jeunes et le maintien dans l’emploi des seniors et des personnes handicapées,
  • Une meilleure conciliation des temps de vie,
  • Faire entendre la voix de l’encadrement au sein des entreprises et des administrations,
  • Défendre les emplois avec l’application “Made in emplois”.

Un syndicalisme d’avenir

Votre engagement d’aujourd’hui, sera votre vie de demain. Chacun à son niveau a une idée à défendre et des choses à faire. Il ne sert à rien de rester spectateur et de se lamenter. Une idée minoritaire, en apparence, peut faire son chemin si elle est exprimée et développée.

À un moment où apparaît une population de plus en plus compétente, formée et qualifiée, il est impensable de concevoir une entreprise sans techniciens et cadres. Le personnel d’encadrement est un rouage indispensable au bon fonctionnement de notre société.

Notre conviction dans l’engagement syndical n’a pas pour ambition de changer radicalement les choses mais plutôt de les faire évoluer avec réalisme.